Les chroniqueuses MMM vous proposent une sélection de bonnes adresses montréalaises: mode, beauté, bouffe, déco, culture...

Belle & Bio

28 janvier 2016 , In: Beauté, Bien-être, Laura
0

Portrait d’entrepreneur : Vincent Bonhomme et son Jardin d’Art et de Coiffure.

Les produits chimiques abiment les tignasses fragiles et même les moins fragiles. En ce qui me concerne, je me suis tournée vers les produits naturels depuis bien longtemps pour choyer mes bouclettes blondes. Et j’ai naturellement choisi le Jardin d’Art et de Coiffure de Vincent Bonhomme pour ma visite annuelle chez le coiffeur : un slow-salon* de coiffure et de massage écologique, aux aires de jardin japonais. Je vous propose d’en apprendre un peu plus sur Vincent, entrepreneur éthique, en marche pour la révolution verte !

Vincent, qu’est-ce qui t’a donné envie d’ouvrir ton propre salon ?

On vit le début d’une période de grand bouleversement de l’environnement et les ressources de notre planète s’amenuisent. Cela nous emmène à nous questionner aussi sur nos propres comportements. La coiffure ne peut pas échapper à cette nouvelle donne. Les produits naturels vont faire partie de notre quotidien.

Jardin d'art et de coiffure

Crédit : Patrice Boulais

J’ai pratiqué 25 sans la coiffure avec des produits chimiques. En ouvrant mon salon, j’ai fait le choix d’utiliser des produits naturels, pour la santé de mes clientes, celle des cheveux et la mienne. Il était temps de s’inscrire dans la modernité !

Pourquoi ce choix « d’entrepreneuriat éthique » ?

Le choix éthique est lié à l’amour de mon métier. Comment faire ce métier sans éthique ?

Je parle de celle du respect de la qualité d’un cheveu, le respect de la santé des clientes, celui de ne pas polluer les nappes phréatiques… Le simple fait d’apporter une alternative verte, de répondre aux besoins des personnes allergiques et à celles sensibilisées aux bios-cosmétiques est un cadeau au quotidien.

Est-ce difficile de vendre le concept du salon écologique, quand par opposition, le milieu de la coiffure et de l’esthétique est souvent perçu comme superficiel ?

Non, la difficulté c’est d’assister au naufrage des valeurs artisanales du métier de la coiffure.

On est passé à l’industrialisation des salons. Le rendement, la productivité sont au centre du fonctionnement de la plupart des salons. J’aime faire une analogie avec le fast food. Ma position est opposée à celle-ci. L’intérêt est de réhabiliter l’artisan coiffeur et l’éthique professionnelle. Cela passe par l’utilisation de produits naturels et avec ça… offrir du temps. Un temps de pause sur nous-même et un moment de bien-être. La cliente n’est plus objet de consommation mais devient sujet.

La superficialité reconnue de la coiffure est peut-être liée au fait que le paraitre soit un standard dans notre société. Et au-delà du paraitre se trouve l’être : ce qui est important pour moi, c’est d’offrir à mes client(e)s une reconnexion avec leur beauté intérieure.

J’ai choisi de militer pour l’utilisation des produits naturels en coiffure de mettre en évidence les dangers des produits capillaires chimiques. L’éducation, l’information sont autant de motivations à pouvoir rencontrer et sensibiliser les gens. La demande et les attentes sont fortes de la part du public.

Les professionnels de la coiffure sont souvent un peu retissants car ils ne connaissent pas les vertus des produits naturels et les préjugés vont  bon train tant il est vrai que beaucoup de produits de coiffure sont présentés sur le marché comme naturels mais ne le sont pas.

Peux-tu nous parler un peu de tes produits et de ta façon de travailler ?

Je travaille avec la gamme de produits Marcapar qui est distribuée en France dans environ 300 salons depuis une dizaine d’années et au Québec, depuis peu.

Jardin d'art et de coiffure

Crédit : Patrice Boulais

Les salons sont labellisés sous la bannière « Les cuisiniers du cheveu » qui forme un réseau de professionnels de la coiffure engagés dans l’utilisation de produits non chimiques. En effet, ce sont des produits 100% naturels, entièrement biologiques et je suis heureux de pouvoir offrir ce service aujourd’hui. Outre des shampoings et des masques tinctoriaux, la gamme propose des huiles végétales, des coiffants et des complexes d’huiles essentielles. Mais les produits phare de la gamme Marcapar sont les colorations 100% végétales. Elles sont sans PEG, sans oxydation, sans paraphénylène diamine, sans parabènes, sans ammoniaque.

Quel est ton mantra en tant qu’entrepreneur ?

Offrir du bonheur, un moment à soi, dans le respect de ce que nous sommes.

 

Prête à vous faire belle & bio ?

Où ?  Jardin d’Art et de Coiffure, 175, ave Mont-Royal Est, Montréal, Québec H2T 1P2

 

*Slow-salon : référence au slow-living, une tendance qui prône l’idée de prendre son temps.

 

Laura

facebook-profile-picture

Laura

Dans la vie, je suis consultante en développement international. Pis sinon, j'aime écrire ; rencontrer toute sorte de gens grâce à toute sorte d'activités (en ce moment, salsa et golf principalement) ; et aider mes ami(e)s entrepreneur(e)s.

Laisser un commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire

Bienvenue les MMM girls sur le site de référence des bonnes adresses et des bons plans à Montréal! Si vous voulez en savoir plus sur MMM, cliquez ici!

InstagraMMM